Alors que, d’après le Hub Institute, nous apprenons que la transformation des grands groupes est passée à la deuxième étape, BPI France publie une étude montrant que la transformation digitale n’est pas une priorité pour 87% des dirigeants de PME/ETI. Pourtant, 99% des dirigeants interrogés par CSC France en 2016 estiment que le développement du digital est synonyme d’opportunités.

On remarque ici un paradoxe assez intéressant : bien que les dirigeant aient pris conscience de l’utilité de la transformation digitale, beaucoup demeurent hésitants.
En effet, sans accompagnement durant ce long processus, il est aisé de se perdre dans ses objectifs, jusqu’à passer complètement à côté. Un tel processus, avec les investissements qu’il nécessite, doit être adapté, organisé et encadré par des professionnels, sous peine de mettre son entreprise dans une mauvaise situation.
Deloitte observe que les TPE/PME françaises sont en retard par rapport à leurs voisines européennes sur tous les indicateurs clés (cf. infographies). Alors que nous sommes en train d’étudier les moyens d’amener la fibre et la 4G dans les communes les plus reculées de nos régions, un pays comme l’Estonie étudie l’opportunité de créer sa propre devise électronique. Ce seul exemple résume et illustre le retard qu’il nous faut combler.

transformation-digitale-france-europe
aquitaine-e-commerce
occitanie-e-commerce

Mais alors, quel est l’intérêt de la transformation digitale ?

Nous savons qu’une entreprise qui résiste au changement voit ses chances de disparaitre décuplées : derrière chaque innovation se cachent des entreprises qui ont raté leur chance.
Vous vous rappelez de la société Kodak ? En 2004, Kodak commençait à réduire son activité historique (photographie argentique) pour les technologies modernes, alors que Canon vendait déjà 14 millions d’appareils photo numériques. Moins de 8 ans plus tard, Kodak dépose le bilan et Canon est un leader de son secteur.

“Plus de 52% des noms du Top 500 des entreprises US ont disparu depuis l’an 2000.”
Ray Wang dans Disrupting Digital Business

Qui doit impulser ce changement ?

Sachez qu’un tel changement ne touche pas que des axes techniques (technologies employées, gestion de la DSI, etc) mais également les business models et organigrammes. En effet, il incombe au PDG de pousser ses collaborateurs et à plus forte raison les principaux acteurs de cette transformation (cadres dirigeants, chefs de service, etc).

Par où commencer ?

Avant tout, il faut bien comprendre que de tels changements impliquent des compétences et un savoir-faire précis. Si ces dernières années le secteur du digital n’a cessé d’évoluer, il a aussi fait naitre un grand nombre de nouveaux métiers.
Notre premier conseil est donc de vous faire conseiller, appuyer et accompagner par des professionnels qualifiés.
Définissez ensuite une feuille de route en interne, reprenant la vision du top management (haute direction, cadres supérieurs) ainsi qu’une priorisation de vos objectifs. Votre entreprise devra pouvoir s’appuyer sur ses forces tout en améliorant ses faiblesses.

Combien de temps faut-il pour mener à bien sa transformation digitale ?

Cela dépend essentiellement de la taille, des objectifs, de la volonté et des ressources de l’entreprise.
De la préparation au déploiement, il peut s’écouler 18 à 48 mois. Il est primordial de ne pas brûler les étapes, sous peine de bâtir sa stratégie sur du sable… La méthodologie utilisée par les professionnels du secteur trouvera alors à vos yeux tout son sens.

Et ensuite ?

Ensuite, il sera l’heure de mesurer la performance des solutions mises en œuvres, d’approfondir ce qui fonctionne et d’optimiser ce qui peut l’être.
Chez KHALSOMM Digital, nous tenons à entretenir de bonnes relations avec les professionnels avec lesquelles nous travaillons. Quoique futile pour certains, cet aspect est pourtant d’une grande importance lorsque l’on sait qu’engager une transformation digitale se maintient dans le temps. En effet, une fois le travail fait, la partie n’est pas finie : il reste à l’entreprise, appuyée par son agence partenaire, à maintenir ce travail en continuant d’évoluer et de se développer.